Skip links

Plénière de Novembre (II) – 2019 – Strasbourg Accords de Cotonou : où en est-on ?

Négociations en cours en vue d’un nouvel accord

de partenariat UE-ACP (​Questions Orales​)

Notre organisation, présente aux sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg, a assisté au débat sur les négociations en cours en vue d’un nouvel accord de partenariat UE-ACP (en question orale) à un jour du vote de la résolution. Il nous semble important de faire le point sur les accords dits de Cotonou (UE-ACP), sur ce que le Parlement européen souhaite faire à propos de ces accords, et de ce que l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine préconise en vue de leur renouvellement. De tels accords, d’une valeur historique et emblématique, comptent beaucoup pour notre organisation. Ils sont le signe de la possibilité d’un développement rapproché entre l’UE et l’Afrique, voulu par notre organisation.

Le point sur les Accords de Cotonou

  • ●  Février 2020 sera un moment décisif pour le futur de la relation entre l’Union européenne et l’Afrique : c’est l’expiration, et, heureusement, le renouvellement des accords dits de Cotonou (nom de la ville où ces accords ont été signés). Mais quel futur peut-on envisager aujourd’hui, en ce qui concerne une relation si particulière entre deux continents qui sont vus comme antagonistes par le grand public ?
  • ●  L’enjeu principal de l’Union européenne sera de maintenir ses relations avec l’Afrique, un continent qui lui est lié historiquement, tout en étant en accord avec les valeurs qui sont promues dans les traités européens. La question du financement est brûlante, et les ambitions nouvelles des pays africains devront aussi être prises en compte pour que l’accord puisse non seulement être renouvelé, mais puisse délivrer des résultats concrets.
  • ●  Un tel accord était déjà porteur de beaucoup d’espoir pour la jeunesse africaine lors des premières signatures dans les années soixante, mais cela n’a pas changé aujourd’hui. Les accords de Cotonou constituent toujours le premier pas de l’Europe unie vers l’Afrique, et il est désormais temps que ce type d’accord puisse permettre à une relation plus égalitaire de s’établir.À quelques mois du renouvellement, où en est le Parlement européen ?

À quelques mois du renouvellement, où en est le Parlement européen ?

  • ● Le Parlement européen souhaite que ​la société civile puisse jouer un rôle plus important​, ce qui est un souhait des plus complexe à mettre en œuvre, mais qui a le mérite de figurer parmi les requêtes du Parlement. Nous l’accueillons, en tant qu’organisation non gouvernementale, avec ​beaucoup de plaisir​.
  • ●  Le Conseil (de l’Union européenne) considère les accords comme un dossier clé. Il n’est pas opposé à renforcer l’approche parlementaire des accords. Il convient de favoriser les échanges économiques via les accords commerciaux entre les ACP et l’UE. Cependant les directives de l’UE sont claires : le droit d’une orientation sexuelle libre ainsi que la libre décision des droits génésiques doivent faire partie de l’accord. Ce sont des points qui peuvent poser problème pour certains pays en Afrique, ceque nous regrettons sincèrement.
  • ●  La proposition de résolution de ​M. Tomas Tobé (MEP/RE) que nous avons soutenu aété mise au débat et a finalement été votée jeudi. ​Nous nous en félicitons et remercions chaleureusement tous les eurodéputés qui ont voté en leur faveur​. C’est, selon M. Tobé, l’accord le plus complet en son genre a avoir été conclus jusqu’à présent. À notre époque, en voyant les inquiétudes grandissantes de nos voisins, notamment africains, nous nous devons, selon lui, de défendre les valeurs de droits de l’homme et de l’État de droit qui sont les nôtres, ainsi que les fondations de l’actuel et du futur partenariat. Il affirme que le Parlement a besoin de plus de clarté et aussi besoin de cette nouvelle résolution (les résultats du vote, desquels nous nous félicitons, ont été annoncés jeudi 28/09/2019).
  • ●  Où nous trouvons nous quant à la demande du Parlement de renforcer ​la dimension parlementaire de l’accord ? L’exécutif doit avoir une contrepartie parlementaire, Commission et Conseil le concèdent entièrement.
  • ●  La Commission européenne souligne la bonne collaboration entre toutes les institutions sur le travail à propos de cet accord. Cependant les propositions n’ont pas encore reçues une réponse positive de la part de l’ACP, ce qui se veut d’inquiéter l’Union.
  • ●  Il nous apparaît donc nécessaire, en tant qu’organisation, de manifester auprès des États africains le souhait de la société civile de voir les Accords de Cotonou renouvelés.Le point de vue de l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine

Le point de vue de l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine

● Ces accords, pionniers en leur genre tiennent à cœur à notre organisation. Ils symbolisent, comme notre organisation, la volonté d’aller plus loins. Plus loin que les frontières du continent européen, en Afrique notamment. C’est aussi la volonté d’exporter nos valeurs, inscrites dans les traités et vivantes au sein de nos États. C’est aussi l’occasion pour l’Union européenne de tenter d’instaurer ​de nouvelles relations qui bénéficieront aux jeunes africains et qui permettront par conséquent de les rapprocher des leurs homologues ​européennes​.

Thomas Crouzet

Chargé des relations avec l’Union européenne

Laisser un commentaire