Skip links

Sommet Russie – Afrique: Sochi 2019, Notre analyse.

une Russie européenne, rapprochement vers le bloc historique Europe-Afrique. 

S.E.M Abdel Fattah al-Sissi président de la république Arabe d’Egypte et S.E.M Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie : Sochi 2019

L’Union africaine ouvre grand ses portes à la Russie pendant que le conseil de l’Europe s’apprête depuis septembre 2019 à accueillir  la délégation Russe (septembre 2019), après plusieurs années de désaccords [1]. Presque parallèlement, en marge de la préparation du sommet Russie Afrique à Sotchi (23-24 Octobre 2019), se tenait aussi le troisième forum annuel sur les relations entre l’Europe et la Russie à Moscou (10 Octobre 2019). En effet, ce rapprochement de Moscou vers le bloc historique Afrique-Europe datant du XV siècle est un signe conjoint de la mobilité des équilibres stratégiques commerciaux bouleversés par les États-unis, la Chine et la concurrence déloyale du commerce international, aujourd’hui ingérable par les seules forces de l’OMC.

” De ce fait, le sommet Russie-Afrique paraît comme une affirmation russe en Afrique visant principalement à accompagner l’Afrique dans l’atteinte de son agenda 2063 et les 17 objectifs de l’agenda 2030 des nations unies”

En clair, le sommet Russie Afrique et ses contours ont montré que jusque là, les pays africains, russes et européens qui semblaient subir le silence des règles commerciales des autres états se rapprochent petit à petit sur un continent africain impartial et structurellement fragile face à une guerre économique qui se généralise depuis 2017. De ce fait, le sommet Russie-Afrique paraît comme une affirmation russe en Afrique visant principalement à accompagner l’Afrique dans l’atteinte de son agenda 2063 et les 17 objectifs de l’agenda 2030 des nations unies mais surtout à renforcer ses positions communes avec l’Afrique face aux dérives économiques mondiales, tout en s’appuyant sur les manques à combler du rapport historique de l’Europe à l’Afrique.
Dans cette veine Vladimir Poutine a appelé l’Afrique lors du sommet de Sotchi à s’inspirer des meilleures pratiques humanitaires, militaires et énergétiques que maîtrise la Russie pour se développer et faire face au choc commercial que les blocs africains, européens et Russes subissent.

Signature d’accord entre la commission de l’Union Africaine (Le président Moussa Faki ) et les Hautes autorités russes: Sochi 2019

RUSSIE : Les yeux doux pour du sérieux et du très long terme? ou alors juste pour la circonstance?

Pour être concret, la Russie a présenté à l’Union Africaine et ses acteurs de développement ses atouts. Elle a signé plusieurs accords. Notamment en matière d’assistance militaire contre le terrorisme avec la Centrafrique, la formation universitaire (20.000 étudiants), notamment avec l’Université russe de l’Amitié des Peuples (1961), baptisé Patrice Lumumba. Il a été aussi question de consultance auprès des gouvernements pour apporter des investissements (RUS 159,9 milliards) aux programmes des pays (la République du Niger, la République de Guinée et de la République démocratique du Congo) via l’agence internationale pour le développement souverain (IASD). Mais aussi dans la mise en place de dispositifs de crédits et de financements avec l’Ethiopie, l’Angola, le Mozambique et le Zimbabwe à hauteur (RUB 320.3 billion) et le Sberbank, the Russian Export Center, VEB.RF, Gemcorp Capital LLP investment company. On note également des accords dans la technologie, l’énergie et l’industrie pétrolière avec la construction de raffinerie pétrolière au Maroc avec la Russian State Development Corporation VEB.RF & the Russian Export Center. Dans le milieu agricole et de la santé, avec la production conjointe en Égypte d’huile végétale, d’ingrédients divers et un terminal de granules en mer Méditerranée avec EFKO Group et  Egyptian company United Oil (RUB 19.2 billion) pour le marché du sud de l’Europe, l’Est et le Nord de l’Afrique. L’action russe concerne aussi la vente d’engrais agricole et la construction d’infrastructures portuaires avec les Angolais et les groupes Russes URALCHEM & Grupo Opaia SA. D’autres accords sont toujours en cours dévoilement.

QUEL EST LE RÔLE, LA PLACE DE LA JEUNESSE DANS CES ACCORDS ?

17000 étudiants africains en Russie dont 4000 d'entre eux bénéficieraient des bourses du gouvernement Russe.

Après notre séjour et notre participation aux différents ateliers et travaux en marge de ce sommet Russie – Afrique, il est juste, de notre part, de dire qu’effectivement les autorités russes par la voix de S.E Vladimir POUTINE prennent très au sérieux le rôle que peut jouer les jeunesses russes et africaines dans le développement des accords de coopération. Selon Monsieur Roman KAMAEV, Haut cadre de l’Etat et Directeur adjoint au ministère russe de la Jeunesse, à qui nous avons posé la question de savoir quel angle de développement ou de coopération prendra la Russie sur les questions des jeunes en Russie et en Afrique. Ce dernier a tenu à rappeler le rôle central que joue son ministère dans l’inclusion et l’épanouissement des jeunes africains en Russie. Il a surtout rappelé les statistiques qui ont été dévoilés par le président de la Fédération sur le nombre d’étudiants africains en Russie soit un total de 17000 étudiants dont 4000 d’entre eux bénéficieraient de bourses.

Prof. Anicet Gabriel KOTCHOFA, ancien Ambassadeur de la république du Bénin en Russie.

Le Professeur Anicet Gabriel KOTCHOFA, ancien ambassadeur du Bénin en Russie et Directeur des relations internationales de l’agence LOTUS IRREGATION SOLUTIONS, a quant à lui soulevé l’opportunité d’une relation égal à égal entre les jeunes russes et les jeunes africains. Il a indiqué que la jeunesse russe ne connait pas l’Afrique du simple fait du manque de promotion et de médiatisation des actions africaines. Il a appelé les dirigeants africains à promouvoir d’avantage les actions socio-culturelles qui amèneraient les jeunes russes à s’intéresser davantage à l’Afrique.

Est-ce une coopération Union Africaine – Russie? Est-ce une coopération de chacun des 54 Etats en fonction de ses besoins et la Russie?

JEUNES UE-UA
Visite de la société nationale du transport ferroviaire de la Fédération de Russie par Monsieur Gabriel MVOGO , Président de l’Organisation des JEUNES UE-UA

Mais au final, nous nous interrogeons sur les capacités de ces deux entités à coopérer pleinement dans une relation bilatérale quand on sait que des modèles de partenariats d’autres continents avec l’Afrique ont présenté d’énormes insuffisances sur le droit international du travail, sur le transfert des compétences, les questions de sécurités et des droits de l’Homme. Enfin la coopération Russie – Afrique soulève une autre question sur la pratique de cette coopération: l’Afrique compte 54 Etats aux diverses réalités socio-économiques et des pluralités dans son système politique. Dès lors, est-ce une coopération Union Africaine – Russie ou est-ce une coopération de chacun des 54 Etats en fonction de ses besoins et la Russie ? Une chose est certaine, l’accueil et l’hospitalité que les autorités russes ont réservé à leurs hôtes les 23 et 24 Octobre 2019 à Sotchi était digne d’un pays qui veut bâtir une coopération sérieuse et durable avec l’Afrique. Les africains sauront-ils tirer leur épingle du jeux? Pour l’heure, les regards sont tournés vers les réponses dans les prochains mois du bilan partiel de cette nouvelle coopération.

crédit photos TASS: https://russia-africa2019.tass.photo/?fbclid=IwAR3wLw0gp-tO-75jIpWUFNTYWnxdGUkPrOlEQ5MXufMD6KWMTg0tskqmcIo

Monsieur Benjamin Junior GNAN-KOUASSI : Organisation des Jeunes UE-UA, Chargé des relations avec les institutions Africaines.

Laisser un commentaire