Skip links

Nos Vœux de bonne année 2021

Gabriel MVOGO

Très chères et chers membres de l’OJUEA,
Chers jeunes,
Mesdames et Messieurs de la société civile,
Mesdames et Messieurs les présidentes et présidents d’organisations intergouvernementales et non gouvernementales,
Mesdames et Messieurs les responsables d’institutions européennes, africaines et onusiennes,
En ce premier mois d’une nouvelle décennie, je vous présente mes meilleurs vœux pour la nouvelle année 2021 avec un immense plaisir. Je vous exprime l’infini reconnaissance de notre Organisation pour la confiance et le soutien que vous n’avez cessez de nous accorder.

Si je m’adresse à vous cette année et ce, contrairement à celle qui a précédée, c’est aussi parce que cette dernière a été l’année la plus sombre, la plus meurtrière et la plus incertaine que notre génération ait vécu depuis longtemps. Cette situation inédite dans l’évolution et le développement du monde ne pouvait passer inaperçu, comme au sein de l’Organisation des jeunes pour l’Union européenne et africaine.

Chers jeunes,
2020 a été ponctuée par une panoplie de discours et d’appels à la solidarité. Ce fut une année record de tous les défis économiques, sanitaires, scientifiques et militaires mondiaux. Nos dirigeantes et dirigeants ont été confrontés à la gestion d’une crise sanitaire dont les conséquences sont néfastes pour nos économies, nos systèmes de santé. Plus grave encore, nos démocraties, notre mode de vie et nos libertés fondamentales ont dues être remises en cause. Nous, jeunes, avons et continuons de payer le prix fort de cette crise sanitaire. En effet, nombre d’entre nous ont perdu des opportunités de stages ou d’embauche au premier emploi, nombre d’entre nous ont perdu leur travail, nombre d’entre nous ont perdu leur investissement et un nombre silencieux d’entre nous a perdu la vie. Le plus difficile à concevoir dans cet océan de mauvaises nouvelles est que 2021 sera tout aussi déterminante que 2020.

L’année 2020 aura donc été une année surprenante, déstabilisante, et malgré ce sombre tableau, notre Organisation a démontré aux yeux de tous sa capacité d’adaptation et de mobilisation. En effet, nous avons dès le mois de janvier, multiplié nos actions sur le terrain. Nous avons participé, à Sciences Po Strasbourg, à la première conférence universitaire sur le racisme avec l’appui de notre partenaire SOS racisme. En février, nous avons été conviés en République tchèque par la Commission européenne pour participer aux travaux du FI-Compass sur les mécanismes et les instruments de financement des études des jeunes en Europe. Au cours de cette même période, notre directeur de coopération internationale à eu l’honneur d’assister, avec ONU-Habitat, les autorités sénégalaises et la Banque européenne d’investissement, à l’Africa Day 2020 sur le développement des villes de demain. Je remercie Monsieur Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement, qui, par le biais de son institution nous a convié à ses travaux à Dakar et au Luxembourg.

Malgré la crise sanitaire qui est survenue en France, pays de notre siège social, nous avons multiplié les audiences sur le terrain, en rencontrant en janvier, février et mars, les autorités de l’ambassade du royaume de Belgique à Paris. Nous avons également travaillé à l’Assemblée nationale française avec Monsieur Patrice ANATO, député et conseiller du président de la République française. Par ailleurs, nous avons été reçus en audience officielle par Son Excellence Ehab Badawy, ambassadeur de la République arabe d’Égypte en France et représentant permanent de l’Égypte à l’UNESCO. En ce début d’année 2021, notre organisation salue le peuple Égyptien et son président de la République.
Grace à une stratégie de coopération et de rapprochement institutionnelle avec les organes onusiens, nous avons été admis au Pacte mondial des Nations unies sous le statut de signataire. Cette étape a montré clairement notre attachement aux valeurs universelles des Nations unies et notre volonté de participer à l’atteinte de ses Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.
Grâce au concours des jeunes d’Europe et d’Afrique, notre organisation s’est immédiatement mobilisée au début de l’épidémie du COVID-19 en France, en organisant une conférence internationale en ligne sur la sensibilisation des risques liés à cette nouvelle maladie. Celle-ci a eu l’honneur de recevoir Madame la Professeure Samira Faki-Kremer, cheffe du service de virologie du CHU de Strasbourg. Elle a répondu à nos questions et à celles des jeunes d’Europe et d’Afrique. Ces questions portaient sur les causes, les risques et les conséquences sanitaires du Coronavirus. Cet événement a été suivi par plus de 10 000 personnes.

Chers jeunes,
Nous prendrions une journée à faire le bilan de nos actions avec vous au cours de l’année qui s’achève. Vous avez été au cœur de nos actions et vous avez été notre première source de motivation. Avec vos encouragements, nos jeunes administrateurs n’ont pas compté leurs heures. Ils n’ont lésiné sur aucun moyen pour remplir leur mission : vous servir.
Cette rétrospective de l’année 2020 nous donne l’occasion de remercier l’ensemble des organisations qui nous ont fait confiance. Nous pensons à M Richard Attias qui nous a fait l’honneur de nous convier au New-York Institut Forum, à Madame Lise Kingo, directrice exécutive du Pacte mondial des Nations unies qui, en juin, a permis à tous les jeunes de notre organisation de participer au Sommet mondial des dirigeants. Nous remercions également la représentation diplomatique du Bénin en France, le groupe de travail T20 en Arabie saoudite et le comité d’organisation du G20.

Mesdames, Messieurs,
En 2020, jamais notre Organisation ne s’est résignée, jamais n’a-t-elle baissé les bras face à l’adversité. Nous avons tout fait pour respecter le calendrier prévisionnel d’avant crise sanitaire. C’est dans des conditions particulières et exceptionnelles que nous avons ainsi décidé de maintenir notre évènement annuel « Les rencontres Europe-Afrique par les jeunes », les REA. En effet, face à la propagation effrénée de la COVID-19, nos équipes ont rapidement évalué l’ampleur de la situation. Elles ont redéfini la forme et le format des REA 2020, initialement prévues à Rabat, capitale du Royaume du Maroc. À cet égard, je voudrais remercier très solennellement les autorités diplomatiques du Royaume du Maroc en France, ainsi que l’administration territoriale de la ville de Rabat et le directeur de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, avec qui nos démarches portaient déjà ses fruits et présageaient de plusieurs partenariats et collaborations. C’est dans ces conditions que nous avons réussi l’organisation de la seconde édition des REA. Cette seconde édition a vu la participation de prestigieuses personnalités, parmi lesquelles Madame Stéphanie Rivoal, ancienne ambassadrice et Secrétaire générale du Sommet Afrique-France, Madame Nourane Foster, députée à l’Assemblé nationale camerounaise, Madame Aleksandra Tomczak, membre du cabinet du Vice-Président de la Commission européenne en charge du Green Deal Europa, Madame Fati N’zi-Hassane, superviseur à AUDA-NEPAD et Monsieur Boubacar Gado Idi, secrétaire général de l’Union parlementaire africaine, qui fut l’invité d’honneur des REA 2020. Notre reconnaissance et nos remerciements vont à l’endroit de tous ces intervenants et à la dizaine d’autres intervenants que je n’ai pas cités ici.
Pendant deux journées constituées et durant 6 conférences-débats, les jeunes d’Europe et d’Afrique ont eu l’occasion d’appréhender et de discuter directement avec des dirigeants et des responsables d’institutions de la coopération euro-africaine ainsi que de thématiques spécifiques à l’Europe ou à l’Afrique. La réussite de cet évènement sui generis entre l’Europe et l’Afrique en 2020, à l’initiative des jeunes, a mobilisé une quinzaine de partenaires, parmi lesquels nous pouvons citer l’agence M-A Concept, le cabinet STRAT’EMH, le Parlement des étudiants de Strasbourg, l’Institut d’études géopolitique appliquée et bien d’autres.
Les REA ont vu la participation de 600 jeunes inscrits sur le site internet tandis que les 6 conférences ont cumulé au total 25 000 vues durant les 15 jours qui ont suivi l’événement.
Aujourd’hui, je voudrais remercier tous les jeunes d’Europe et d’Afrique qui ont participé à cette seconde édition des REA. Mes remerciements particuliers sont adressés à l’endroit de nos délégations des pays suivants : Belgique, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Égypte, Maroc, Nigeria, Pays-Bas et Sénégal.

Très chers jeunes d’Afrique et d’Europe,
Tout en étant parfaitement conscient que la jeunesse d’aujourd’hui est confrontée aux défis d’un monde en crise, une crise dont elle n’est pas responsable mais qu’elle subit, il nous faut, à nous, responsables d’organisations et décideurs institutionnels, déterminer ensemble les moyens d’une politique d’inclusion de la jeunesse. Celle-ci ne devra pas reposer sur quelconque forme d’assistanat, mais devra permettre à chaque jeune de rêver à nouveau, de se reconstruire, de croire en un avenir radieux et d’avoir une vie sociale et professionnelle décente. Pour parvenir à cet idéal, il faudra continuer à innover et à chercher au fond de nous une force et une abnégation à toute épreuve.

À nos dirigeants Européens et Africains,
Je garantis toutes notre disponibilité à travailler et œuvrer à vos cotés pour une sortie totale de crise en 2021. Nous souhaitons pour la réussite de vos efforts contre le coronavirus et pour la relance économique que les vaccins tant attendus et déjà administrés aux populations ne soient pas en 2021 ce qu’ont été les masques en 2020. Sur la promotion économique et sociale de vos modèles de développement, nous pouvons vous accompagner, notamment dans la campagne d’information sur les nouveaux enjeux de la mise en pratique de la Zone de libre-échange continentale africaine ou encore sur l’adaptabilité de l’économie numérique et la promotion de l’IA.

Gabriel MVOGO
Président de l’OJUEA

Très chers jeunes,
Enfin, chacun de nous en 2021, doit interroger sa conscience. Devrions-nous laisser le coronavirus voler notre jeunesse, nos perspectives et nos rêves ? Non.
Le coronavirus nous a obligé à tirer l’épée. Nous n’avons donc pas le droit de la remettre au fourreau avant le jour où nous aurons repris tout ce qu’il nous a volé. Alors continuons à nous mobiliser pour une résilience globale, en laissant notre génie s’exprimer sur nos réalisations.

Mesdames et Messieurs,
Chers jeunes,
Avec la main sur le cœur, je vous souhaite, au nom de l’Organisation des jeunes pour l’union européenne et africaine, une très bonne année 2021. Puisse l’ensemble de vos ambitions, de vos espoirs et de vos actions être fructueuses pour vous, pour vos proches, pour vos pays et pour vos continents.

Bonne et heureuse année 2021.
Paris le 07 Janvier 2021

Gabriel MVOGO
Président de l’OJUEA

Voeux-Gabriel-MVOGO-2021

Laisser un commentaire